caaps-strasbourg

Flash marché 25 mars

Bonjour à tous,

Des nouvelles du front avec un point macroéconomique pour cette semaine.

Comme on s’y attendait les chiffres sont mauvais évidemment au plus bas historique par rapport à 2008. Rien de stupéfiant dans la mesure où l’économie réelle est au ralenti, ce qui logiquement impacte les marqueurs économiques.

Pour rappel, outre la France qui est confinée, c’est 2 milliards de personnes qui sont en attente de reprise d’activité. Avec des conséquences sur les PIB et les résultats des entreprises. Les chiffres sont naturellement tous mauvais. C’en est presque rassurant, car l’inverse aurait été irrationnel.

  • Mais malgré tout, la conjoncture passe et la structure reste :

On apprend que le parlement américain s’est entendu sur le déblocage d’un plan de soutien historique de 2 000 milliards de dollars, à titre indicatif c’est 10% du PIB USA … c’est colossal !

C’est le plus grand plan d’investissement de l’histoire économique. Ni plus ni moins que la dette française sur 30 ans. Vu l’ampleur de la crise actuelle, les américains dans leur délicatesse coutumière ont opté pour la lance à eau afin d’éteindre une cigarette. 

La volonté exprimée est claire : ne rien laisser tomber.

  • Mécaniquement on remarque un rebond technique des marchés. Ce qui en réalité est accessoire car trop dans la réplique journalière et ne nous intéresse pas dans notre approche moyen long terme de nos épargnes.
  • Cependant les cartes sont abattues, et le discours est le suivant : « nous mettrons les moyens pour que les investisseurs reprennent confiance ». Avec ce discours il faut juste du temps pour récupérer les effets de ce plan MARSHAL.
  • Si les effets seront demain, c’est maintenant qu’il faut agir dans les portefeuilles et dans les arbitrages de vos finances.

Je vous prédis plusieurs chamboulements qui sont consécutif à cette situation volatile :

  • Des prix boursiers qui vont engendrer une nouvelle guerre d’achat entre grands groupes internationaux. Il n’est pas exclu que des valeurs et des entreprises européennes soient attaquées par des groupes asiatiques ou américain. Il est évident qu’avec 2000 milliards investis, et une bourse européenne au plus bas depuis 12 ans, les américains peuvent s’offrir des fleurons avec du vent. 
  • Pour revenir sur un terrain plus local, les entreprises françaises cotées au CAC 40, elles sont dans une meilleure posture, parce que précisément déjà en pôle position dans le top 3 mondial de leurs spécialités respectives. Exemple : AIRBUS, ACCORD, SANOFI etc… ce sont eux les géants en position de racheter les autres. 

Par ailleurs l’Etat français a renouvelé sa volonté de nationaliser en cas de problème. Bruno Lemaire l’a encore confirmé Mardi 23 mars… mais nous avons vu leur esprit patriotique avec ALSTHOM …

On craint également pour nos valeurs technologiques, plutôt frêles par rapport aux géants mondiaux. Il faudra faire preuve de protectionnisme si l’on veut conserver ces futurs fleurons. Mais bon, « la France n’est pas le Venezuela », selon notre président.

  • Les politiques de relance européennes sont déjà moins coordonnées, et c’est une fois encore la cacophonie. 

La crise de 2008 a laissé des traces, quand la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal avaient massivement libérés des finances afin de relancer l’économie, mais que l’Allemagne avait -au contraire- serré la vis, pour améliorer sa compétitivité et capter les liquidités des voisins. Dans la « coordination européenne » on avait vu mieux… D’autant que ces pays s’étaient vus ensuite refuser l’aide financière de l’Allemagne au motif d’un échappement de leurs dettes respectives… dans la finance aussi il faut avoir de l’humour.

Naturellement dans le contexte actuel, personne ne bougera si l’Allemagne ne donne pas un signe de bonne foi. Ce qui semble être le cas, puisque les allemands sont regardés actuellement par le reste de l’Europe, dans leur difficulté à relancer leur économie ; particulièrement centrée sur un double handicap : une économie à l’export, et un marché automobile en berne pour l’année 2020 a minima.

Les allemands auront besoin des Européens. La polarité des relations va se retourner. Qui prendra le Leadership ?

Il est également question d’un retour du mécanisme de stabilité européen.  400 et 1000 milliards de levier possible, qui viendraient s’ajouter aux 2000 milliards américains. Sur ce postulat, pas besoin d’avoir un accord européen, la banque centrale européenne étant en principe indépendante (elle est basée à Frankfort). 

  • Autre élément qui nous indique le manque de visibilité sur le plan financier, c’est le niveau du VIX.

Le VIX est une mesure de la peur des investisseurs en bourse. Il est habituellement entre 15 et 20, il est monté à 80 lors de la crise des Subprimes. On l’a mesuré à 82 il y a quelques jours. Il est à présent à 54. Autant dire que la situation est toujours tendue, et que des remous sont possibles.

  • Conséquence sur l’immobilier ?

Vous l’avez noté, le risque augmentant pour les entreprises, les taux d’emprunt augmentent pour ces dernières. Le Taux d’emprunt reflète la qualité de la dette, et du prix du risque. Ce qui aura une incidence sur la propension des banques à prêter actuellement. Eux même devant arbitrer entre une entreprise et un foyer, avec une notion de rendement à la clé.

A cela s’ajouter la confiance des ménages et de leur manque à gagner dû au chômage partiel. Les prix vont très certainement baisser. Et les banques vont de fait réduire la voilure en termes de prêt. 

Par ailleurs, les loyers impayés vont également dégradés certaines rentabilités ce qui une fois encore ne va pas dans le sens d’une valorisation. Patience, d’ici 18 mois ça sera le moment d’acheter pour qui aura la finance.

Vous l’avez compris, les certitudes n’existent toujours pas. Et c’est pour cela que nous avons besoin d’assurance.

Pour le reste, ayez confiance, des opportunités sont à venir pour qui sait agir avec mesure.

Thomas SCHAETZEL

adipiscing Donec leo risus. porta. consequat. odio vulputate,
Madame, Monsieur

Comme vous le savez à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ;

Nous avons opté pour la solution du travail dématérialisée afin d’assurer le service à 100%.  Nous sommes joignable dans les heures ouvrées par téléphone et mail.Concernant les mesures de prévoyance annoncées par le gouvernement, cliquez sur le bouton ci-dessous si vous voulez plus d’informations :  .