L’actualité en protection sociale vue par le Cabinet CAAPS

Flash marché 25 mars

Bonjour à tous,

Des nouvelles du front avec un point macroéconomique pour cette semaine.

Comme on s’y attendait les chiffres sont mauvais évidemment au plus bas historique par rapport à 2008. Rien de stupéfiant dans la mesure où l’économie réelle est au ralenti, ce qui logiquement impacte les marqueurs économiques.

Pour rappel, outre la France qui est confinée, c’est 2 milliards de personnes qui sont en attente de reprise d’activité. Avec des conséquences sur les PIB et les résultats des entreprises. Les chiffres sont naturellement tous mauvais. C’en est presque rassurant, car l’inverse aurait été irrationnel.

  • Mais malgré tout, la conjoncture passe et la structure reste :

On apprend que le parlement américain s’est entendu sur le déblocage d’un plan de soutien historique de 2 000 milliards de dollars, à titre indicatif c’est 10% du PIB USA … c’est colossal !

C’est le plus grand plan d’investissement de l’histoire économique. Ni plus ni moins que la dette française sur 30 ans. Vu l’ampleur de la crise actuelle, les américains dans leur délicatesse coutumière ont opté pour la lance à eau afin d’éteindre une cigarette. 

La volonté exprimée est claire : ne rien laisser tomber.

  • Mécaniquement on remarque un rebond technique des marchés. Ce qui en réalité est accessoire car trop dans la réplique journalière et ne nous intéresse pas dans notre approche moyen long terme de nos épargnes.
  • Cependant les cartes sont abattues, et le discours est le suivant : « nous mettrons les moyens pour que les investisseurs reprennent confiance ». Avec ce discours il faut juste du temps pour récupérer les effets de ce plan MARSHAL.
  • Si les effets seront demain, c’est maintenant qu’il faut agir dans les portefeuilles et dans les arbitrages de vos finances.

Je vous prédis plusieurs chamboulements qui sont consécutif à cette situation volatile :

  • Des prix boursiers qui vont engendrer une nouvelle guerre d’achat entre grands groupes internationaux. Il n’est pas exclu que des valeurs et des entreprises européennes soient attaquées par des groupes asiatiques ou américain. Il est évident qu’avec 2000 milliards investis, et une bourse européenne au plus bas depuis 12 ans, les américains peuvent s’offrir des fleurons avec du vent. 
  • Pour revenir sur un terrain plus local, les entreprises françaises cotées au CAC 40, elles sont dans une meilleure posture, parce que précisément déjà en pôle position dans le top 3 mondial de leurs spécialités respectives. Exemple : AIRBUS, ACCORD, SANOFI etc… ce sont eux les géants en position de racheter les autres. 

Par ailleurs l’Etat français a renouvelé sa volonté de nationaliser en cas de problème. Bruno Lemaire l’a encore confirmé Mardi 23 mars… mais nous avons vu leur esprit patriotique avec ALSTHOM …

On craint également pour nos valeurs technologiques, plutôt frêles par rapport aux géants mondiaux. Il faudra faire preuve de protectionnisme si l’on veut conserver ces futurs fleurons. Mais bon, « la France n’est pas le Venezuela », selon notre président.

  • Les politiques de relance européennes sont déjà moins coordonnées, et c’est une fois encore la cacophonie. 

La crise de 2008 a laissé des traces, quand la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal avaient massivement libérés des finances afin de relancer l’économie, mais que l’Allemagne avait -au contraire- serré la vis, pour améliorer sa compétitivité et capter les liquidités des voisins. Dans la « coordination européenne » on avait vu mieux… D’autant que ces pays s’étaient vus ensuite refuser l’aide financière de l’Allemagne au motif d’un échappement de leurs dettes respectives… dans la finance aussi il faut avoir de l’humour.

Naturellement dans le contexte actuel, personne ne bougera si l’Allemagne ne donne pas un signe de bonne foi. Ce qui semble être le cas, puisque les allemands sont regardés actuellement par le reste de l’Europe, dans leur difficulté à relancer leur économie ; particulièrement centrée sur un double handicap : une économie à l’export, et un marché automobile en berne pour l’année 2020 a minima.

Les allemands auront besoin des Européens. La polarité des relations va se retourner. Qui prendra le Leadership ?

Il est également question d’un retour du mécanisme de stabilité européen.  400 et 1000 milliards de levier possible, qui viendraient s’ajouter aux 2000 milliards américains. Sur ce postulat, pas besoin d’avoir un accord européen, la banque centrale européenne étant en principe indépendante (elle est basée à Frankfort). 

  • Autre élément qui nous indique le manque de visibilité sur le plan financier, c’est le niveau du VIX.

Le VIX est une mesure de la peur des investisseurs en bourse. Il est habituellement entre 15 et 20, il est monté à 80 lors de la crise des Subprimes. On l’a mesuré à 82 il y a quelques jours. Il est à présent à 54. Autant dire que la situation est toujours tendue, et que des remous sont possibles.

  • Conséquence sur l’immobilier ?

Vous l’avez noté, le risque augmentant pour les entreprises, les taux d’emprunt augmentent pour ces dernières. Le Taux d’emprunt reflète la qualité de la dette, et du prix du risque. Ce qui aura une incidence sur la propension des banques à prêter actuellement. Eux même devant arbitrer entre une entreprise et un foyer, avec une notion de rendement à la clé.

A cela s’ajouter la confiance des ménages et de leur manque à gagner dû au chômage partiel. Les prix vont très certainement baisser. Et les banques vont de fait réduire la voilure en termes de prêt. 

Par ailleurs, les loyers impayés vont également dégradés certaines rentabilités ce qui une fois encore ne va pas dans le sens d’une valorisation. Patience, d’ici 18 mois ça sera le moment d’acheter pour qui aura la finance.

Vous l’avez compris, les certitudes n’existent toujours pas. Et c’est pour cela que nous avons besoin d’assurance.

Pour le reste, ayez confiance, des opportunités sont à venir pour qui sait agir avec mesure.

Thomas SCHAETZEL

LES CONDITIONS D’INDEMNISATION PAR LES RÉGIMES OBLIGATOIRES DES INDÉPENDANTS DANS LA CRISE SANITAIRE ?

1 – Arrêt de travail pour garde d’enfants : 20 JOURS

Comme vous le savez le gouvernement a indiqué des mesures de prise en charge par les régimes de prévoyance obligatoires pour les salariés et indépendants ayant à charge un enfant de moins de 16 ans à domicile pour cause de fermeture d’école. La condition d’obtention préalable est un arrêt de travail.

Pour les salariés, cette prise en charge intervient sans carence. En effet, dès le premier jour d’arrêt, les salariés peuvent bénéficier de leurs indemnités journalières et du complément de salaire de leur employeur, le cas échéant.

Comme nous vous l’avions indiqué, les employeurs doivent déclarés leurs salariés via ce lien : 

https://declare.ameli.fr/

Les TNS (Travailleurs Non-Salariés) c’est-à-dire :

– auto-entrepreneurs

– commerçants et artisans

– professions libérales 

Vous pouvez vous déclarer sur https://declare.ameli.fr/

 Vous pouvez donc également bénéficier d’un arrêt de travail, si le télétravail n’est pas possible. Ceci implique les activités manuelles, où les travaux sur site. Les activités administratives risquent d’être hors du champs de qualification avec la généralisation de la dématérialisation.

Par ailleurs, nous n’avons pas encore de confirmation quant à l’application d’un délai de carence maladie (nous sommes le 21 mars 2020).

La durée de cette indemnisation exceptionnelle est pour l’instant fixée à 20 jours.

Attention : si vous êtes indépendant et sans enfant de moins de 16 ans, vous n’êtes pas éligible aux indemnités journalières (sauf si vous êtes vous-même malade).

2- Arrêt maladie TNS pour cause d’exposition au coronavirus

En cas d’arrêt maladie pour exposition au coronavirus, les salariés peuvent bénéficier d’indemnités journalières sans délai de carence.

Pour les TNS (travailleurs indépendants), le droit à des indemnités journalières varie selon le régime obligatoire de référence :

  • si vous êtes commerçant ou artisan : vous êtes affilié à la SSI (Ex RSI),

En cas d’arrêt maladie ou d’hospitalisation vous pourrez avoir des indemnités journalières après 3 jours de carence. A condition toutefois que votre arrêt soit supérieur à 7 jours.

Les conditions seront les mêmes que celles des commerçants et artisans. Toutefois, si vous êtes affilié à la CIPAV, vous ne percevrez aucune indemnité journalière;

  • si vous êtes un professionnel libéral, tout dépend de votre caisse d’affiliation. 

Par exemple à la CIPAV vous n’aurez aucun droit (psychologue libéral, architecte, ostéopathe etc.). 

Quant à la CARPIMKO (caisse des infirmiers libéraux, kinésithérapeute, etc.), cette caisse vous permet d’avoir des indemnités journalières à partir du 91e jour d’arrêt. Vous n’aurez donc aucun droit pour le coronavirus. 

3- la politique des assureurs ?

En complément du régime prévoyance obligatoire, pour cause de maladie, votre contrat de prévoyance prend en charge votre baisse de revenu, après l’application d’un délai de carence maladie.

Les assureurs se réuniront bientôt pour définir leur politique commune sur la question de l’indemnisation dans le cas du confinement et de la garde d’enfant.

ANALYSE MACRO ECONOMIQUE ET FINANCIERE 

Comme vous le savez, à la crise sanitaire s’ajoute une crise économique avec des répercutions d’ampleurs sur les marchés financiers.

Pour vous donner la mesure de ce qui se passe, la crise de 2008 avait plongé le CAC 40 dans un plus bas historique aux alentours 2600 points avec une baisse de 38 % en 6 mois.

A ce jour, la crise sanitaire a impacté le CAC 40 de 36 % de baisse en 1 mois…

Cette crise financière est très certainement corrélée à l’environnement économique qui s’annonce léthargique pour les semaines à venir. Il est vrai que nombreux pensent être impuissant et subir la situation. 

J’ai cependant plusieurs bonnes nouvelles à partager avec vous, encore faut-il faire preuve de sang froid et de bon sens cartésien :

1 - Fait nouveau par rapport aux précédentes crises financières, les gens sont bloqués, mais l’argent circule, pas de crise des liquidités.

Ce qui semble être une crise financière, contrairement aux autres évènement connus au cours du XXI -ème siècle ne s’apparente pas à une crise systémique mais à une crise conjoncturelle directement liée à l’activité économique. L’activité ralentie, la bourse descend. L’activité repart … la bourse aussi.

2 – C’est pourquoi vous noterez que vos placements ont fortement diminués pour leurs parts en Unité compte, mais que toutes les valeurs ne sont pas traités de la même manière.

Pourquoi ? Il y a bien un discernement entre les valeurs, et une approche cartésienne du marché en fonction de ce qui est touché et pas touché. Ce qui conforte naturellement l’idée d’une crise conjoncturelle.

3 – Malgré la cacophonie ambiante, les institutions jouent leurs rôles, et les organismes travaillent dans le même sens. C’est une première historique :

  •  Les banques centrales font le travail : baisse de taux, liquidités avancées, politique en faveur de l’économie réelle.
  •  Tous les gouvernements du monde font une politique de relance en même temps ! 
  •  L’activité chinoise revient après une fermeture de plusieurs semaines.

4 – Un marché fondamentalement solide avec des prix conjoncturellement bas. Ne vous trompez pas de cible, à cette heure la baisse va continuer, et l’Europe rentre dans une léthargie qui va évidement durement impacter son économie, mais plus que jamais vos liquidités doivent servir intelligemment : 

  • Si vous êtes rentier, en investissant durablement dès à présent et de manière progressive sur des supports qui capteront la hausse. 
  • Si vous êtes actifs, dans votre outil de travails, dans la formation, la communication, l’efficacité économique de votre activité pour capter la reprise. Et pourquoi pas investir également durablement dans les marchés…

5 Excellente nouvelle, preuve de belles opportunités dans les semaines à venir, l’énergie baisse de façon violente avec des plus bas historiques ! C’est un élément extrêmement favorable pour l’activité, au moment de la sortie de crise :

  •  Le baril de pétrole est à 26 dollars… c’est son plus bas historique depuis 2003. 
  • En toile de fond une guerre de producteur entre saoudien et russe, qui impacte également les U.S.A. Ces trois pays perturbateurs économiquement pour l’Europe- vont devoir modérer leurs marges de manœuvres, laisser les coudés franches pour l’activité économique du reste du monde.

6- Enfin, et c’est le mot d’ordre pour qui a la tête froide : Ne pas cristalliser vos moins-values. Restez investi en U.C. NE VENDEZ PAS, si vous ne voulez pas attendre 20 ans à reprendre vos moins-values sur un fonds euros. 

Nous sommes à votre dispositions pour réaliser avec vous les actions nécessaires. Nos outils sont 100% dématérialisés, pour opérer à distance sur n’importe quel support.

Profitez du temps disponible pour créer de la plus-value là où vous n’aviez pas le temps d’intervenir. C’est ce que nous souhaitons faire avec vous pendant cette période.

Foncez !

L’équipe du Cabinet CAAPS

Politique de prise en charge des indemnités journalières des acteurs de l’assurance

REPONSES AUX INTERROGATIONS EXPRIMEES

1 - Modalités de prise en charge de l’indemnisation des contrats prévoyance :

Voici les positions de nos principaux partenaires à ce jour :

tableau 2- caaps

INFORMATIONS GENERALES :

Mise en place fonds de solidarité de 2 milliards d'euros


En plus des mesures de report, voire d'annulation des échéances sociales et fiscales et de chômage partiel, le gouvernement met en place un dispositif de soutien aux entreprises sous la forme d’un fonds de solidarité.
Cette aide d’un montant de 1500 €, sera versée par la direction générale des finances publiques (DGFIP).
La mise en œuvre pratique sera communiquée très prochainement.

Pour qui ? Les TPE, indépendants et micro-entrepreneurs


Ce filet de sécurité est réservé aux entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1 million d'euros. Il vise donc uniquement les très petites entreprises, les indépendants et les micro-entrepreneurs... dont c'est l'activité principale. Il convient en outre de remplir l'une des conditions suivantes (ou les deux) pour le solliciter :

  • Diriger une entreprise dont la fermeture a été demandée pour des raisons sanitaires, comme c'est notamment le cas dans les secteurs de la restauration (160.000 entreprises), du commerce non alimentaire (140.000), du tourisme (100.000) par exemple.
  • Diriger une très petite entreprise, quel que soit le secteur. Pour être éligibles, les entreprises devront être restées ouvertes et afficher une perte de 70% entre mars 2019 et mars 2020, liée à l'épidémie. Des compléments pourront être alloués au cas par cas.


    Quel interlocuteur ? La direction générale des finances publiques


L'aide de 1500 euros sera versée automatiquement par la direction générale des finances publiques (DGFIP), sur simple déclaration. Cette administration constitue en effet actuellement le seul réseau suffisant pour traiter les dossiers des centaines de milliers d'entreprises concernées.


Pour un accompagnement, les entreprises peuvent contacter leurs référents régionaux la DIRECCTE

Rappel des mesures déjà en place

Vous trouverez par ailleurs ci-dessous, l’ensemble des mesures d’aides pour les entreprises impactées par les évènements liés au « coronavirus ».

1. Le report et le dégrèvement des échéances fiscales
2. Le report et dégrèvement des échéances sociales
3. L’activité partielle pour vos salariés
4. L’obtention ou le maintien d’un crédit bancaire via Bpifrance
5. La saisine de la médiation du crédit pour négocier avec votre banque un rééchelonnement de vos crédits bancaires 6. la saisine de la médiation des entreprises en cas de conflit avec l’un de vos clients ou fournisseurs.
 
Pour plus d’informations :

https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

https://www.lci.fr/politique/forfait-de-1-500-euros-pour-les-petites-entreprises-et-les-independants-au-chiffre-d-affaires-impacte-par-le-coronavirus-etes-vous-concerne-2148248.html

Gestion Coronavirus

Madame, Monsieur

Comme vous le savez à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Nous avons opté pour la solution du travail dématérialisée afin d’assurer le service à 100%.

Nous sommes joignables dans les heures ouvrées par téléphone et mail.

Concernant les mesures de prévoyance annoncées par le gouvernement, voici ce que nous savons à ce jour :

Certaines compagnies appliqueront les règles d’indemnisation prévues au contrat, à savoir couverture du COVID-19 au titre d’une maladie, après application de la franchise et de l’éventuel délai d’attente.Au préalable vous devez justifier d’un arrêt de travail :

Je déclare mon arrêt sur la page employeur sur le site Internet dédié https://declare.ameli.fr

Pour les salariés auprès de mon employeur, qui lui-même va déclarer sur https://declare.ameli.fr



Les informations consultables :

Pour des informations sur les bonnes pratiques, les droits et les devoirs des entreprises et des salariés : https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/coronavirus-questions-reponses-entreprises-salaries

L’évolution des directives données par le gouvernement :
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Documents du gouvernement téléchargeables »

2020 L’année de toutes les réponses !

Mesdames et Messieurs, chers clients, chères clientes,

Nous avons vu ces dernières années des modifications profondes dans le panorama de la protection sociale.
Tout d’abord les dispositifs de « frais de santé collective », rendus obligatoires à toutes les entreprises.

Les sujets prévoyances qu’ils soient sur la personne physique ou l’entreprise, ont vu des bouleversements dans le nombre d’acteurs, dans les modes de gestion, et des progrès dans la prise en compte de la réalité économique des indépendants.

Ces dernières semaines c’est autour des retraites que tout s’accélère.
Vous avez eu l’occasion de découvrir de nouvelles dispositions pour les contrats d’assurance retraite dit « PER », avec des rachats d’épargne élargis en cours de route, et des assouplissements considérables des prestations à la sortie. Mais le gros des changements porte sur une réorganisation fondamentale des régimes obligatoires tant par leurs administrations que par leur modèle de gestion par les partenaires sociaux.
Oui, la révolution n’est pas dans les taux de cotisations, le niveau de prestation, le nom du régime, ou encore le système par point. De ce point de vu là, l’organisation reste la même : une cotisation et une prestation.
Non, la réforme des retraites est un changement de paradigme puisque le fond du sujet est le transfert de souveraineté des caisses gérées « par profession » vers un acteur unique : L’Etat.

Etonnamment, dans ces circonstances, l’Etat redevient un acteur nécessaire pour les dirigeants politiques actuels ; lui qui a vu ses prérogatives s’émietter de toute part, au prétexte que l’Etat était mauvais gestionnaire : les transports, l’électricité, la téléphonie, les autoroutes, les aéroports …etc.
C’est en cela que ma crainte est la plus forte, puisque l’Etat a fait preuve de grandes faiblesses dans sa gestion des comptes publics, et s’est exposé ces dernières années au vents dominants des lobbies. Lobbies qui sont par essence l’antithèse de la démocratie, puisque répondant aux intérêts particuliers.
Mais surtout l’Etat n’a pas su protéger les intérêts vitaux tant sur les questions économiques, que sociaux, et particulièrement stratégiques … comme en atteste la main mise de General Electric sur Alsthom et une partie des secrets du nucléaires français.

Vous l’avez compris, je témoigne d’une grande défiance dans cette réforme des retraites non pas pour des aspects techniques et organisationnels qui sont, je dois dire remarquables compte tenu de la complexité du système actuel, mais pour des raisons de pragmatisme sur la capacité du politique à gérer et protéger l’épargne des français. En synthèse une volonté de protéger.

Tant que ce constat sera valable, vous viendrez nous voir pour la retraite, et les nombreux autres sujets qui concernent l’optimisation et la protection de vos revenus.
Et nous vous préserverons tant que possible, d’une gestion hasardeuse, en construisant des alternatives, en assurant le suivi, et en marquant notre présence à vos côtés.

C’est donc avec humilité que nous allons nous atteler durant cette année 2020 à semer avec vous les solutions qui vous aiderons à traverser le temps et les aléas.
En attendant notre prochaine rencontre,
Nous vous souhaitons toujours plus de réussite, d’initiatives, et de hardiesse dans vos projets !

Thomas SCHAETZEL

id elit. odio vulputate, nunc ut Praesent consectetur neque. ante. tempus ipsum
Madame, Monsieur

Comme vous le savez à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ;

Nous avons opté pour la solution du travail dématérialisée afin d’assurer le service à 100%.  Nous sommes joignable dans les heures ouvrées par téléphone et mail.Concernant les mesures de prévoyance annoncées par le gouvernement, cliquez sur le bouton ci-dessous si vous voulez plus d’informations :  .